Abattage arbres Saint-Avertin

Un de vos arbres est devenu dangereux ? Appelez notre entreprise d’abattage à Saint-Avertin pour le faire disparaître !

 

elagueur Saint-Avertin

Abattage d’arbres à Saint-Avertin

Quand un arbre représente un danger parce que ses branches pourraient tomber sur une habitation, parce que ses racines sont proches des fondations d’une infrastructure ou lorsqu’il est devenu gênant comme quand il empêche la lumière du jour d’entrer dans une pièce ou gêne pour le nouvel aménagement de jardin, la solution peut alors être l’abattage d’arbre. Celui-ci exige de prendre toutes les précautions de sécurité nécessaires. C’est le cas pour notre abatteur d’arbre à Saint-Avertin qui dispose du matériel et des connaissances indispensables afin d’abattre tout arbre.

 

CONTACTEZ-NOUS AU

06 34 22 18 81

 

Avant tout abattage d’arbre, notre professionnel se rend sur place dans le but d’étudier la configuration du lieu. En effet, il doit s’assurer qu’il a la place nécessaire pour faire tomber l’arbre sans causer aucun dégât sur les infrastructures avoisinantes. Un examen attentif du lieu ainsi que de l’arbre lui permet de déterminer le sens de coupe de l’arbre, la direction dans laquelle il doit tomber en fonction de son penchant naturel ainsi que de l’environnement et de définir une zone de repli dans laquelle il se réfugie au moment où l’arbre chute pour qu’il soit en parfaite sécurité.

Ensuite, notre abatteur à Saint-Avertin peut procéder à l’abattage. Il se munit de ses équipements de sécurité indispensables pour prévenir tout accident et de sa tronçonneuse puis il réalise les différentes coupes qui entraînent la chute de l’arbre. Il commence par effectuer une coupe de sol horizontale sur la face du tronc située dans le sens de la chute. Elle est réalisée sur 1/5ème du diamètre du fût. Il poursuit par une coupe oblique sur la même face qui respecte un angle de 45 ° par rapport à la coupe de sol. Elle rejoint cette dernière au 1/5ème du fût. Enfin, il effectue la coupe d’abattage sur la face opposée du tronc. Elle forme également un angle de 45 ° et rejoint les deux autres coupes ce qui entraîne la chute de l’arbre.

Dans certains cas, quand l’environnement n’est pas suffisamment dégagé, que des infrastructures sont trop proches, il n’est pas possible de procéder à un abattage d’arbre selon cette méthode. Mais, notre entreprise d’élagage à Saint-Avertin est capable de s’adapter et ainsi de répondre à toutes les demandes. Ainsi, si la place manque, notre abatteur effectue un démontage d’arbre. Il consiste à retirer la couronne avant de le couper morceau par morceau. Le débitage peut être partiel quand le but est de déplacer le centre de gravité pour orienter la chute ou total.

Que ce soit un abattage ou un débitage qui soit réalisé par notre abatteur d’arbre à Saint-Avertin, il termine en évacuant l’arbre de votre terrain. Alors, si vous avez un arbre dont vous ne voulez plus, quelle que soit la raison, appelez notre abatteur d’arbre à Saint-Avertin. Il se rendra sur place évaluer la situation pour prendre toutes les précautions de sécurité qui s’imposent puis il vous remettra un devis.

 


Saint-Avertin

La commune est traversée d'est en ouest par le Cher (3,415 km). Le réseau hydrographique communal, d'une longueur totale de 6,95 km, comprend un autre cours d'eau notable, le Filet (0,194 km), et trois petits cours d'eau dont le petit cher (0,757 km)[1],[2].

Le Cher, d'une longueur totale de 365,5 km, prend sa source à 714 mètres d'altitude à Mérinchal, dans la Creuse et se jette dans la Loire à Villandry, à 40 m d'altitude, après avoir traversé 117 communes[3]. Le Cher présente des fluctuations saisonnières de débit assez marquées. Sur le plan de la prévision des crues, la commune est située dans le tronçon du Cher tourangeau[4], dont la station hydrométrique de référence la plus proche est située à Tours [Pont Saint Sauveur]. Le débit mensuel moyen (calculé sur 53 ans pour cette station) varie de 25,8 m3/s au mois d'août à 192 m3/s au mois de février. Le débit instantané maximal observé sur cette station est de 1 000 m3/s le 24 mars 1988, la hauteur maximale relevée a été de 4,96 m le 5 juin 2016[5],[6]. Ce cours d'eau est classé dans les listes 1[Note 1] et 2[Note 2] au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement sur le Bassin Loire-Bretagne. Au titre de la liste 1, aucune autorisation ou concession ne peut être accordée pour la construction de nouveaux ouvrages s'ils constituent un obstacle à la continuité écologique et le renouvellement de la concession ou de l'autorisation des ouvrages existants est subordonné à des prescriptions permettant de maintenir le très bon état écologique des eaux. Au titre de la liste 2, tout ouvrage doit être géré, entretenu et équipé selon des règles définies par l'autorité administrative, en concertation avec le propriétaire ou, à défaut, l'exploitant[7],[8]. Sur le plan piscicole, le Cher est classé en deuxième catégorie piscicole. Le groupe biologique dominant est constitué essentiellement de poissons blancs (cyprinidés) et de carnassiers (brochet, sandre et perche)[9].

Le Filet, d'une longueur totale de 19,6 km, prend sa source dans la commune de Dierre et se jette dans le Cher à Tours, après avoir traversé 10 communes[10]. Ce cours d'eau est classé dans la liste 1[Note 3] au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement sur le Bassin Loire-Bretagne. Du fait de ce classement, aucune autorisation ou concession ne peut être accordée pour la construction de nouveaux ouvrages s'ils constituent un obstacle à la continuité écologique et le renouvellement de la concession ou de l'autorisation des ouvrages existants est subordonné à des prescriptions permettant de maintenir le très bon état écologique des eaux[7]. Sur le plan piscicole, le Filet est également classé en deuxième catégorie piscicole[9].

Abattage d'un arbre

Dans le domaine de la sylviculture, l’abattage d'un arbre consiste à le couper à la base pour provoquer sa chute et ensuite permettre le retrait du site et son exploitation. Il s'agit d'une étape importante de l'exploitation forestière.

Dès que l'arbre est d'un certain volume ou hauteur, l'opération requiert une personne expérimentée - un bûcheron - en particulier apte à déterminer la chute au meilleur endroit et en sécurité.

La dendrochronologie a déterminé que les arbres utilisés par la plus ancienne charpente romane française recensée, en l'église Saint-Georges-sur-Loire de Rochecorbon, ont été abattus (et assemblés) en 1028[2]. En 1985 en Europe, via la dendrochronologie, il était pratiquement possible de déterminer jusqu’au IIIe millénaire av. J.-C., et au mois près, la date d’abattage d’un arbre[3].


Call Now Button06 34 22 18 81