Traitement des arbres Veigne

Vos arbres ne sont pas en pleine santé ? Notre entreprise d’élagage à Veigne peut mettre en place un traitement des arbres !

 

Traitement arbres Veigne

Traitement des arbres à Veigne

Pour que vos arbres poussent bien, il est important de les contrôler régulièrement afin de veiller à leur bonne santé. En effet, des ravageurs peuvent les infester et les rendre malades. Si tel est le cas, prenez contact avec notre entreprise d’élagage à Veigne, nous pourrons leur prodiguer le traitement approprié !

Notre expert en traitement des arbres à Veigne commencera par examiner avec attention vos arbres afin de déterminer quels sont les ravageurs en présence selon les symptômes présentés. Ainsi, la maladie la plus fréquente chez les pommiers et les poiriers est la tavelure. Elle se manifeste par la chute des feuilles, le dessèchement des rameaux, la déformation des fruits qui sont également recouverts d’un feutrage brun olivâtre. Pour les arbres comportant des fruits à pépins, c’est la moniliose que l’on retrouve le plus souvent. Elle entraîne un pourrissement des fruits qui ont des taches noires avec des cercles concentriques et des pustules blanches. Les arbres fruitiers peuvent aussi avoir des maladies liées à la présence de ravageurs. Pour le cerisier par exemple, c’est la mouche des cerises qui fait pourrir les fruits les rendant ainsi non consommables, pour l’olivier c’est la cocchenille qui prélève la sève de l’arbre et affaiblit les jeunes rameaux. Si les arbres fruitiers sont touchés par ces différentes pathologies qui les empêchent de donner des fruits sains et en grande quantité, les arbres d’ornement peuvent également en souffrir. C’est le cas entre autres du chêne ou du pin qui peuvent subir les assauts des chenilles processionnaires. Elles mettent l’arbre à nu et font tomber les feuilles. De plus, elles sont très urticantes pour l’Homme.

 

CONTACTEZ-NOUS AU

06 34 22 18 81

 

Notre spécialiste du traitement des arbres à Veigne connaît parfaitement ces maladies et les effets qu’elles produisent. Il saura les reconnaître et choisir le meilleur traitement pour soigner vos arbres. Il a plusieurs solutions à sa portée comme l’application de produits à base d’huile banche, de blanc arboricole ou encore de bouillie bordelaise. Cette dernière est recommandée pour un grand nombre de pathologies comme le mildiou, la cloque, la moniliose, l’entomosporiose des poiriers et des cognassiers, l’oïdium… Elle est efficace pour traiter les arbres mais peut aussi être utilisée à titre préventif. En l’appliquant sur l’arbre, vous le protégez de l’invasion d’insectes ravageurs.

Notre entreprise de traitement des arbres à Veigne utilise également des pièges pour traiter vos arbres comme :

  • Le piège à phéromones sexuelles contre lequel les papillons des carpocapses se collent.
  • Le piège chromatique contre la mouche du cerisier et les thrips.
  • La bande à glu efficace contre les fourmis.

Notre professionnel du traitement des arbres à Veigne ne manque pas de solutions pour que vos arbres puissent pousser dans de bonnes conditions et qu’ils soient en bonne santé. Alors, n’hésitez pas à le contacter afin de discuter avec lui de vos besoins et des dégâts que vous avez pu constater sur vos arbres.

 


Veigné

Des vestiges archéologiques diffus attestent d'une présence humaine sur le territoire de Veigné depuis le Paléolithique, mais ce n'est toutefois qu'à l'époque carolingienne que Veigné est signalée dans les sources écrites. Vers 1550, se déroule un événement marquant : la paroisse de Montbazon est créée et son territoire d'un peu plus de 600 ha est pris sur celui de Veigné. Entre accueil d'une partie du gouvernement français replié en juin 1940 et actions menées par la Gestapo contre des résistants locaux en juillet 1944, la Seconde Guerre mondiale est un autre jalon important dans l'histoire communale. Dès la fin de ce conflit, Tours et sa banlieue s'industrialisent et Veigné, reliée à l'agglomération tourangelle par la N 10, en profite. Sa population s'accroît et le phénomène se poursuit au XXIe siècle. La commune compte 6 266 habitants en 2017 et le nombre de ses résidences principales a été multiplié par six depuis 1945. Ce dynamisme est également bénéfique pour l'activité économique de la commune ; en 2015, les six plus importants des 473 établissements installés à Veigné emploient globalement plus de 440 salariés. L'agriculture se maintient toutefois avec notamment la présence de vergers sur la commune depuis plusieurs décennies.

Même si aucun site ne fait l'objet de mesures de protection spécifiques, le patrimoine naturel de la commune est diversifié grâce à la présence de secteurs boisés importants, de zones humides, de pelouses calcaires sèches et de grands champs ouverts. L'église paroissiale et la chapelle sont tout ou partiellement inscrites à l'inventaire des monuments historiques, comme deux des nombreux châteaux et manoirs de Veigné — il s'agit le plus souvent de demeures médiévales reconstruites au XIXe siècle.

Veigné se situe sur l'Indre à une douzaine de kilomètres au sud-sud-est de Tours[1], distance exprimée à vol d'oiseau. Dans la partie nord du canton de Monts — 8,6 km séparent les chefs-lieux communaux de Veigné et du bureau centralisateur[2] —, elle est rattachée à l'unité urbaine, l'aire urbaine, la zone d'emploi et le bassin de vie de Tours[I 1].

Injection des arbres

L'injection dans le tronc ou injection des arbres, parfois appelée « endothérapie végétale », est une technique agricole qui consiste à traiter les arbres pour lutter contre des bioagresseurs (agents pathogènes, ravageurs) ou pour corriger des déficiences nutritionnelles en injectant directement dans le tronc des substances chimiques. Celles-ci peuvent être des produits phytosanitaires (fongicides, insecticides, éventuellement antibiotiques)[1],[2],[3], des activateurs de résistance des plantes[4] ou des fertilisants[5],

La pratique tend à se développer du fait des progrès obtenus dans l'efficacité des dispositifs d'injection et des formulations de pesticides et biopesticides [7] et d'éléments nutritifs injectables et mobiles dans le xylème.

De plus, les arrivées d'insectes nuisibles et de maladies envahissantes, survenant et se propageant rapidement, incitent à l'utilisation de l'injection comme technique de protection efficace en foresterie urbaine et paysagère. C'est le cas par exemple d'un scolyte du genre Euwallacea[8], vecteur symbiotique d'un champignon phytopathogène, Fusarium euwallaceae qui s'est implanté depuis peu (début des années 2010) en Californie et en Israël[9], ou de la mort subite du chêne (SOD) causée par un oomycète, Phytophthora ramorum, signalée en Californie et dans l'Oregon depuis le milieu des années 1990.


Call Now Button06 34 22 18 81