Traitement des arbres Blere

Vos arbres ne sont pas en pleine santé ? Notre entreprise d’élagage à Blere peut mettre en place un traitement des arbres !

 

Traitement arbres Blere

Traitement des arbres à Blere

Pour que vos arbres poussent bien, il est important de les contrôler régulièrement afin de veiller à leur bonne santé. En effet, des ravageurs peuvent les infester et les rendre malades. Si tel est le cas, prenez contact avec notre entreprise d’élagage à Blere, nous pourrons leur prodiguer le traitement approprié !

Notre expert en traitement des arbres à Blere commencera par examiner avec attention vos arbres afin de déterminer quels sont les ravageurs en présence selon les symptômes présentés. Ainsi, la maladie la plus fréquente chez les pommiers et les poiriers est la tavelure. Elle se manifeste par la chute des feuilles, le dessèchement des rameaux, la déformation des fruits qui sont également recouverts d’un feutrage brun olivâtre. Pour les arbres comportant des fruits à pépins, c’est la moniliose que l’on retrouve le plus souvent. Elle entraîne un pourrissement des fruits qui ont des taches noires avec des cercles concentriques et des pustules blanches. Les arbres fruitiers peuvent aussi avoir des maladies liées à la présence de ravageurs. Pour le cerisier par exemple, c’est la mouche des cerises qui fait pourrir les fruits les rendant ainsi non consommables, pour l’olivier c’est la cocchenille qui prélève la sève de l’arbre et affaiblit les jeunes rameaux. Si les arbres fruitiers sont touchés par ces différentes pathologies qui les empêchent de donner des fruits sains et en grande quantité, les arbres d’ornement peuvent également en souffrir. C’est le cas entre autres du chêne ou du pin qui peuvent subir les assauts des chenilles processionnaires. Elles mettent l’arbre à nu et font tomber les feuilles. De plus, elles sont très urticantes pour l’Homme.

 

CONTACTEZ-NOUS AU

06 34 22 18 81

 

Notre spécialiste du traitement des arbres à Blere connaît parfaitement ces maladies et les effets qu’elles produisent. Il saura les reconnaître et choisir le meilleur traitement pour soigner vos arbres. Il a plusieurs solutions à sa portée comme l’application de produits à base d’huile banche, de blanc arboricole ou encore de bouillie bordelaise. Cette dernière est recommandée pour un grand nombre de pathologies comme le mildiou, la cloque, la moniliose, l’entomosporiose des poiriers et des cognassiers, l’oïdium… Elle est efficace pour traiter les arbres mais peut aussi être utilisée à titre préventif. En l’appliquant sur l’arbre, vous le protégez de l’invasion d’insectes ravageurs.

Notre entreprise de traitement des arbres à Blere utilise également des pièges pour traiter vos arbres comme :

  • Le piège à phéromones sexuelles contre lequel les papillons des carpocapses se collent.
  • Le piège chromatique contre la mouche du cerisier et les thrips.
  • La bande à glu efficace contre les fourmis.

Notre professionnel du traitement des arbres à Blere ne manque pas de solutions pour que vos arbres puissent pousser dans de bonnes conditions et qu’ils soient en bonne santé. Alors, n’hésitez pas à le contacter afin de discuter avec lui de vos besoins et des dégâts que vous avez pu constater sur vos arbres.

 


Bléré

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune. Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Bléré (prononcé [ʙʟeʶe] ) est une commune française située dans le département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire. La ville borde les rives du Cher et est dans l'arrondissement de Loches.

Le Cher, d'une longueur totale de 365,5 km, prend sa source à 714 mètres d'altitude à Mérinchal, dans la Creuse et se jette dans la Loire à Villandry, à 40 m d'altitude, après avoir traversé 117 communes[3]. Il constitue la limite séparative nord de la commune. Le Cher présente des fluctuations saisonnières de débit assez marquées. Sur le plan de la prévision des crues, la commune est située dans le tronçon du Cher tourangeau[4], dont la station hydrométrique de référence la plus proche est située à Tours [Pont Saint Sauveur]. Le débit mensuel moyen (calculé sur 53 ans pour cette station) varie de 25,8 m3/s au mois à 192 m3/s au mois de février. Le débit instantané maximal observé sur cette station est de 1 000 m3/s le 24 mars 1988, la hauteur maximale relevée a été de 4,96 m le 5 juin 2016[5],[6]. Ce cours d'eau est classé dans les listes 1[Note 1] et 2[Note 2] au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement sur le Bassin Loire-Bretagne. Au titre de la liste 1, aucune autorisation ou concession ne peut être accordée pour la construction de nouveaux ouvrages s'ils constituent un obstacle à la continuité écologique et le renouvellement de la concession ou de l'autorisation des ouvrages existants est subordonné à des prescriptions permettant de maintenir le très bon état écologique des eaux. Au titre de la liste 2, tout ouvrage doit être géré, entretenu et équipé selon des règles définies par l'autorité administrative, en concertation avec le propriétaire ou, à défaut, l'exploitant [7],[8]. Sur le plan piscicole, le Cher est classé en deuxième catégorie piscicole. Le groupe biologique dominant est constitué essentiellement de poissons blancs (cyprinidés) et de carnassiers (brochet, sandre et perche)[9].

Injection des arbres

L'injection dans le tronc ou injection des arbres, parfois appelée « endothérapie végétale », est une technique agricole qui consiste à traiter les arbres pour lutter contre des bioagresseurs (agents pathogènes, ravageurs) ou pour corriger des déficiences nutritionnelles en injectant directement dans le tronc des substances chimiques. Celles-ci peuvent être des produits phytosanitaires (fongicides, insecticides, éventuellement antibiotiques)[1],[2],[3], des activateurs de résistance des plantes[4] ou des fertilisants[5],

La pratique tend à se développer du fait des progrès obtenus dans l'efficacité des dispositifs d'injection et des formulations de pesticides et biopesticides [7] et d'éléments nutritifs injectables et mobiles dans le xylème.

De plus, les arrivées d'insectes nuisibles et de maladies envahissantes, survenant et se propageant rapidement, incitent à l'utilisation de l'injection comme technique de protection efficace en foresterie urbaine et paysagère. C'est le cas par exemple d'un scolyte du genre Euwallacea[8], vecteur symbiotique d'un champignon phytopathogène, Fusarium euwallaceae qui s'est implanté depuis peu (début des années 2010) en Californie et en Israël[9], ou de la mort subite du chêne (SOD) causée par un oomycète, Phytophthora ramorum, signalée en Californie et dans l'Oregon depuis le milieu des années 1990.


Call Now Button06 34 22 18 81